3- L'oreille interne

L'oreille interne appelée aussi  "labyrinthe" est une structure anatomique complexe. 

Située dans le rocher (partie de l'os temporal), elle se compose de la cochlée et du vestibule. 

L'oreille interne communique avec l'intérieur du crâne par le conduit auditif interne (ou méat acoustique interne). Elle est toujours constituée de 2 parties structurelles: 

  • le labyrinthe osseux (ou capsule otique), cavité creusée directemement dans l'os temporal qui constitue une coque d'os autour du labyrinthe membraneux. 

  • Le labyrinthe membraneux, partie molle sensorielle, à paroi conjonctivo-épithéliale. 

Ces deux parties sont séparés par des espaces dits pérylimphatiques contenant un liquide appelé pérylimphe. Le labyrinthe membraneux supporte les éléments sensoriels de l'oreille interne, ces derniers baignant dans un autre liquide nommé l'endolymphe.

 Oreille finale

 

 

 

 

La cochlée

Le labyrinthe antérieur est constitué de la cochlée appelé aussi limaçon du fait de sa forme de coquille  d'escargot. Elle possède deux spires et demi. Le noyau central de la cochlée s'appelle le modiolus. 

Les spires d'une cochlée se séparent en trois cavités :

-la rampe vestibulaire, par laquelle l'onde sonore "monte" dans la cochlée

-la rampe tympanique, par laquelle l'onde sonore "redescend" dans la cochlée 

-le canal cochléaire, dans lequel l'onde sonore est traîtée et transformée en signal électrique par l'organe de Corti. 

Au sommet de la cochlée, l'apex (aussi appelé l'hélicotrème), les rampes tympaniques et cochléaires se rejoignent et communiquent.  

 

Circulation

 

Rappelons que la cochlée communique avec l’oreille moyenne par deux orifices fermés par des membranes : la fenêtre ovale qui limite la base de la rampe vestibulaire et sur laquelle s’applique l’étrier, ainsi que la fenêtre ronde qui clôt la base de la rampe tympanique et qui sert d’échappement de pression.

Ainsi, la cochlée contient l'organe de la perception auditive. Il s'agit de  l'organe de Corti, élément sensori-nerveux car composé de cellules sensorielles appelées cellules ciliées, et de fibres nerveuses qui leur sont connectées.

 

 

L'organe de Corti 

Coupe transversale spire cochlee

Coupe transversale d'une spire de la cochlée

 

L'organe de Corti tient son nom d'Alfonso Corti, anatomiste italien qui fut l'un des premiers à en faire une description précise. Il repose sur la membrane basilaire et est recouvert par la membrane tectoriale qui flotte dans l'endolymphe contenue dans le canal cochléaire.

Il est constitué de cellules sensorielles:

  • les cellules ciliées internes (les CCI) : elles sont disposées sur une seule rangée et constituent les récepteurs sensoriels. Elles possèdent des structures fileuses : les stéréocils. Elles sont chacune sensibles à une certaine fréquence. Elles assurent, grâce à un phénomène chimique, un rôle de transduction : elles traduisent l'onde mécanique reçue en impulsion électrique. Elles font ensuite converger l'information électrique vers le nerf auditif en stimulant les fibres du nerf cochéaireUne cochlée humaine possède 3000 à 3500 CCI.
  • les cellules ciliées externes (les CCE) : elles sont disposées sur trois rangées.Elles permettent, grâce à leurs propriétés contractiles, un mécanisme actif  d'amplification des vibrations de la membrane basiliaire, ce qui permet à la cochlée de remarquables propriétés de sensibilité : elle est en effet sensible à une légère variation de fréquence d'un son. Une cochlée humaine peut possèder 10000 à 12000 CCE. 
  • les cellules de soutien appelées aussi cellules de Deiters, qui entourent les cellules ciliées. 

                                                                                           Représentation schématique de l'organe de Corti (source : theses.univ-lyon2.fr)

 

Lors d'un traumatisme sonore important, les cellules ciliées internes peuvent gonfler et éclater engendrant alors une surdité plus ou moins imortante puisque ces cellules ne se régénèrent pas. 



 

Le vestibule

 Le vestibule (ou labyrinthe postérieur) est la partie centrale du labyrinthe, intercalée entre le conduit auditif interne et la caisse du tympan. Il correspond, avec les canaux semi-circulaires, à l'organe de l'équilibre.

 Les trois canaux semi-circulaires sont dirigés dans 3 plans perpendiculaires les uns par rapport aux autres, donc dans les 3 plans de l’espace. Ils interviennent dans nos déplacements angulaires.

L’utricule et le saccule interviennent dans nos déplacements linéraires : horizontaux et verticaux. Ils contiennent des structures sensorielles dans des zones appelées macules, situées dans deux plans perpendiculaires l’un à l’autre, où 4000 cellules ciliées vestibulaires sont présentes. Les stéréocils de ces cellules s'insèrent dans une substance gélatineuse, la membrane otolithique, sur laquelle repose des petits cristaux, les otolithes (ou otoconies). Ces récepteurs ont ainsi la capacité de situer notre corps par rapport à l'espace qui nous entoure et de lui assurer l'équilibre dont il a besoin. 

 

Vestibule

Schéma du vestibule (source : lesvertiges.com)