2-L'oreille moyenne

L’oreille moyenne se compose de plusieurs structures principales :

-          le tympan

-           la caisse du tympan

-           les osselets

-           les deux fenêtres : la fenêtre ronde et la fenêtre ovale 

Schema oreille moyenne 1

 

Représentation schématique de l'oreille moyenne (fond d'image : http://www.docteur-nouwen.com/) 

 

 

1. Le tympan

Le tympan ou membrane tympanique ferme l’intérieur de l’oreille moyenne. Il apparaît comme une fine membrane d’environ 1 cm2 de surface, légèrement creusée en entonnoir autour du manche du marteau (un des osselets). Pour des raisons médicales, on peut l'observer à l'aide d'un otoscope. Cet examen clinique s'appelle une otoscopie. 

 

Il est habituellement de couleur gris perle et partiellement transparent.

Le tympan se compose de trois couches :

-de peau sur la face regardant l’extérieur

-de tissu conjonctif au milieu

-de muqueuse sur la face située dans l’oreille moyenne.

 Le tympan se divise en deux parties principales : la pars tensa, qui occupe plus du 90% de la surface et la pars flaccida occupant les 10% restant, appelée aussi membrane de Shrapnell. Elle constitue la partie supérieure du tympan et est plus fine que la pars tensa car il n’y a pas de tissu conjonctif. 

Tympan final

 

Photo du tympan de Eloïse Dahan prise lors d'une otoscopie à l'hopital Robert Debré  

 

 

2. La caisse du tympan

La cavité de l’oreille moyenne (ou caisse du tympan) est une cavité remplie d’air qui a la forme d’un cube irrégulier et  déformé, dont le tympan constitue une face. Elle renferme, en son centre, les trois osselets.

Elle se divise en trois parties principales : en haut l’attique (ou épitympan), au milieu l’atrium (ou mésotympan), et en bas l’hypotympan.

 Caisse tympan

 

Dessin de l'oreille moyenne et des muscles des osselets 

 

Les parois de la caisse du tympan possèdent différents orifices qui communiquent avec les structures avoisinantes : la trompe d’Eustache avec le rhinopharynx, l’aditus ad antrum avec la l'antre mastoïdien et les deux fenêtres (la fenêtre ronde et la fenêtre ovale) avec l’oreille interne.

 La mastoïde, cavité annexe de l'oreille moyenne, fait partie de l’os temporal, os latéral du crâne, dont elle occupe deux parties différentes : en haut, l’écaille de l’os temporal et en bas le rocher de l'os temporal. Les cellules mastoïdiennes sont des petites cavités de la mastoïde prolongeant la caisse du tympan vers l'arriere. Elles participent donc aux échanges gazeux dans l'oreille moyenne. La plus volumineuse de ces cellules se nomme l'antre mastoïdien. 

La trompe d’Eustache permet avant tout d’équilibrer la pression d'air entre la cavité de l'oreille moyenne et l'extérieur, appelée souvent fonction tubaire, une pression équilibrée étant indispensable à la mobilité du tympan. Elle sert aussi à l’évacuation des sécrétions produites dans l’oreille moyenne et à protéger l’oreille des infections provenant de l’arrière-nez. La fonction d’équilibre de pression est assurée par un mécanisme faisant intervenir, en plus de la trompe d’Eustache, toutes les cavités de l’oreille. 

Trompe d eustache

 

Schéma montrant la communication entre l'oreille et le rhinopharynx  

 

 

 

3. Les osselets

Les osselets sont maintenus ensemble par des articulations et des ligaments.

 

Le premier osselet s’appelle le marteau (ou malleus). Il est le plus long et mesure entre 7 et 9 mm. Il est le seul osselet nettement visible en observant le tympan car il s’y insère par sa longue apophyse, appelée plus communément le manche du marteau. Il comporte également une petite apophyse, elle aussi visible en regardant le tympan et une tête cachée, car enfouie dans l’attique. La tête du marteau s’articule au niveau du corps du deuxième osselet, l’enclume.

L’enclume (ou incus) est un peu plus courte et plus lourde que le marteau. Elle possède aussi une longue apophyse (l’apophyse lenticulaire).

L’étrier (ou stapes) se compose d’une tête en contact avec l’extrémité de l’apophyse de l’enclume, de deux branches et d’une base de forme sphérico-ovale, nommée platine. L’ensemble comprenant la tête et les branches de l’étrier est appelé superstructure de l’étrier. La platine s’insère dans la fenêtre ovale, un des orifices entre l’oreille moyenne et l’oreille interne. L’étrier mesure environ 4 mm de hauteur.

 

La mobilité des osselets est contrôlée par le muscle tenseur du tympan (ou muscle du marteau) s’insérant entre la tête et la longue apophyse du marteau et par le muscle de l’étrier (le muscle stapédien) s’insérant au niveau de la tête de l’étrier (voir le dessin précédent des osselets et de leurs muscles). Le muscle du marteau attire le manche du marteau vers l’intérieur et augmente ainsi la tension du tympan tout en poussant l’étrier dans sa logette. Le muscle de l’étrier attire l’étrier en arrière et en dehors, diminuant ainsi sa mobilité. On parle de réflexe stapédien (ou de réflexe acoustique) lorsque le muscle stapédien se contracte de façon réflexe en réponse à une forte stimulation sonore pour attenuer l'intensité du son transmis à l'oreille interne : l'étrier ne peut pas appuyer dangereusement sur la fenêtre ovale, ce qui permet d'éviter une lésion plus ou moins importante de l'oreille interne. 

 

Osselets

 Schéma des trois osselets 

 

4. Les deux fenêtres

Les deux fenêtres permettent à la caisse du tympan de communiquer avec l’oreille interne.

La première, la fenêtre ovale ou fenêtre vestibulaire, dans laquelle se loge la platine de l’étrier, est une membrane faisant le lien entre la chaîne ossiculaire (=la chaîne des osselets) et la rampe vestibulaire de la cochlée. En effet, elle permet le transfert des vibrations mécaniques, provenant des osselets mis en mouvement par les vibrations du tympan, au liquide contenu dans la cochlée (dans l'oreille interne) : la périlymphe.

La deuxième, la fenêtre ronde ou fenêtre cochléaire, fait le lien entre la rampe tympanique de la cochlée et la caisse du tympan. Elle permet de compenser la pression exercée sur la périlymphe. 

Aisni ce mécanisme de "piston" permet de garder une pression constance au sein de l'oreille interne.