Conclusion

Conclusion

 

Le son est une onde périodique définie par sa fréquence en Hertz, son intensité en Watts par mètre carré, son niveau sonore en décibels, et son timbre. Il se déplace de proche en proche jusqu’au tympan de l’oreille pour le faire vibrer. Par le mouvement des osselets puis de la périlymphe, les stéréocils des cellules ciliées de l'organe de Corti, situé dans l'oreille interne, sont excités : ils sont dépolarisés, provoquant une impulsion électrique.

L'oreille, organe pair et symétrique, est ainsi capable de percevoir un son et de le traduire en message nerveux acheminé au cerveau, par l'intermédiaire du nerf auditif et des voies auditives, qui l’analyse et l’interprète pour créer la sensation d’audition et préparer éventuellement une réponse motrice. Elle assure également l'équilibre grâce au vestibule. 

Son anatomie lui permet de distinguer les différents sons de son environnement en terme de fréquence, d’intensité, de timbre, ou encore de milieu de propagation. Ainsi l'audition intervient à tout domaine dans la vie quotidienne : pour la communication orale, pour l'identification et la localisation des sources sonores, pour le développement du langage... 

Enfin l’oreille n’est pas capable de percevoir tous les différents sons de son environnement car elle n’est sensible qu’à un certain spectre sonore, celui de l’Homme allant de 20Hz à 20kHz. De plus, elle n’est pas toujours sensible à l’intégralité de ce spectre sonore  étant donné qu’elle peut être altérée (par une malformation biologique, par une détérioration dûe à une exposition à un bruit trop intense...) pouvant aboutir à des surdités variées. La perte auditive peut également trouver son origine au niveau des circuits neuronaux intermédiaires entre l'oreille et le cerveau ou encore directement au niveau du cerveau (à cause d'un traumatisme crânien par exmple). 

 Si cette surdité n'est pas prise en charge rapidement par une intervention médicale ou par un appareillage, le cerveau perd l'habitude de recevoir les fréquences auxquelles l'oreille n'est plus sensible, ce qui peut, selon le Docteur Alfred Tomatis notamment, avoir des répercutions sur la phonation de l'individu, ce dernier pouvant être gêné dans sa communication avec son entourage.