B- L'acoumétrie

L'acoumétrie est un examen permettant d'étudier la qualité auditive d'un sujet et la mesurer.

Il existe l'acoumétrie phonique et l'acoumétrie instrumentale.

 

   1 - Acoumétrie phonique

Pour tester son audition, on demande au patient de répéter certains mots, chuchotés et prononcés à voix normale. La voix s'éloigne progressivement de lui : on prend donc en note la limite pour laquelle le patient entend et est capable de répéter correctement les mots. L'acoumétrie phonique est le test le plus simple, ce qui rend sa fiabilité limitée.  

 

 

   2 - Acoumétrie instrumentale

L'acoumétrie intrumentale est la plus utilisée. On utilise un diapason de fréquence allant de 250 à 500 Hertz. Ce contrôle auditif est composé de deux tests : le test de Weber et le test de Rinne. Ils permettent de différencier une surdité de transmission d'une surdité de perception.

          - Test de Weber : le diapason mis en vibration est placé sur le milieu du front (ou au milieu du haut du crâne) du patient. Les vibrations du diapason sont ainsi transmises symétriquement. Une fois l'instrument posé, on demande au patient à quel endroit il entend le son émit. Il y a trois réponses possibles : soit le patient perçoit le son de façon égale dans ses deux oreilles (le Weber est dit "indifferent") : il s'agit d'un sujet sain. Si le sujet présente cependant une surdité de transmission, il perçoit mieux la vibration sonore du côté atteint car la conduction osseuse est privilégiée du côté malade par absence de bruit de fond extérieur masquant. Enfin Si l'individu présente une surdité de perception, il perçoit mieux la vibration sonore du côté sain, car la conduction osseuse est d'avantage efficace du côté sain étant donné le bon état de l'oreille interne.

          - Test de Rinne : ce test examine séparément, l'une après l'autre, les deux oreilles. Le diapason, mis en vibration, est placé d'abord sur la mastoïde (à l'arrière du conduit auditif externe) puis en face du conduit auditif. On demande au patient à quel endroit il entend mieux le son. Soit le son est mieux entendu par la mastoïde, le test de Rinne est négatif, il s'agit donc d'une surdité de transmission (car l'oreille moyenne ne transmet et n'amplifie plus le son). Soit le son est mieux perçu par le conduit auditif, le test de Rinne est positif, et il s'agit donc d'une oreille saine ou d'une surdité de perception (car l'oreille moyenne amplifie le son de 40dB).

 

Triade acoustique 2

Tableau récapitulant la "triade acoumétrique"

 

L'association des résultats de ces deux tests permet de différencier clairement une surdité de transmission d'une surdité de perception. En effet avec le test de Weber on examine déjà si le patient souffre de défiscience auditive. Si c'est le cas, on détermine l'oreille qui entend le mieux le son du diapason (Weber latérisé). On procède ensuite au test de Rinne qui examine l'oreille affectée afin de déterminer quel type de surdité est présent.

×